Mot de passe oublié?

*

Succès du premier stage de reconstruction par le sport des blessés et familles "Ad Refectio"

Succès du premier stage de reconstruction par le sport des blessés et familles "Ad Refectio"

C’est au Grand Crohot, dans un établissement familial de la Fondation Maison de la Gendarmerie, que se sont réunis, du 26 mars au 2 avril, 7 personnels et 19 membres des familles dans le cadre d’un stage innovant et riche d’enseignements.

S’inscrivant dans le cadre d’un plan d’actions décliné par le bureau de l’action sociale (BAS), ce stage a été créé et mis en œuvre sous la responsabilité du capitaine Thierry Rousseaux, chargé de projets spécialiste en entraînement physique militaire et sportif, par ailleurs formé en accompagnement et intégration par le sport des personnes en situation de handicap.

Ces sept sous-officiers et officiers, en activité ou placés en CLM ou CLDM, blessés psychiques ou physiques sur le territoire national ou en OPEX, accidentés de la route, blessés par balles ou agressés à l’arme blanche, ont été sélectionnés en collaboration avec la majore Monique Néel, chargée au BAS du suivi des blessés. L'équipe était également constituée de deux psychologues cliniciens de la DGGN, de deux gradés moniteurs de sport formés spécifiquement à la reconstruction des blessés, d'un masseur kinésithérapeute du service de santé des armées, d'un personnel de la jeunesse et sport, et de deux personnels de la Fondation.

Organisées en deux temps (à l’issue des 4 premiers jours de stage, les blessés ont été rejoints par leur famille), les activités ont été adaptées à la situation de chacun : tir à l'arc, marche, vélo, équitation, pirogue, volley assis, kinball et par ailleurs fabrication d’un jeu traditionnel en bois à visée post-stage dans le cadre de la resocialisation. A ces activités physiques adaptées se sont ajoutées des sorties culturelles. L'arrivée des épouses et enfants a permis d'associer, dans un contexte préservé, celles et ceux qui accompagnent au quotidien le militaire en souffrance.

Le bilan de premier stage est extrêmement positif : chacun a pu retrouver de nouvelles sensations par la découverte d'activités tout en repoussant ses propres limites. C’est ainsi qu’un motocycliste grièvement blessé il y a plus de 2 ans remontera pour la première fois sur une bicyclette spécialement adaptée pour la circonstance, et encore qu’un enfant verra son père, blessé psychique placé en CLM, sourire à nouveau. Un stage afin de redonner confiance et pour un nouveau départ !

Financé par la fondation MG, avec le partenariat de la Caisse Nationale du Gendarme et de l’ONACVG, ce stage est appelé à être reconduit. Une deuxième édition est déjà prévue au cours du second semestre 2017.

TOP